FR|EN

HySPIDE TP repousse les limites de l’enroulement de tape thermoplastique

Automobile Autres transports Aéronautique Composants mécaniques Energie
24/05/2023
HySPIDE TP

La nouvelle machine acquise par le Cetim bat des records de dépose de bande pour la production de réservoirs en composites. Son pré carré : la fabrication de réservoirs à hydrogène pour la mobilité propre.

L’enroulement de tape est en passe de devenir une solution viable pour la production de réservoirs à hydrogène avec HySPIDETP ! La nouvelle machine acquise par le Cetim affiche en effet des performances accrues qui permettent d’envisager de produire ce type de pièces à des coûts compatibles avec l’industrie.

Dans le cadre de la réduction de l’empreinte carbone des solutions de mobilités, le développement de la filière hydrogène nécessite la conception, la fabrication et la certification de nouvelles solutions de stockage mobiles à la fois performantes et efficientes et répondant aux besoins de ces acteurs en termes d’allégement, de technicité, de résistance aux chocs, de durabilité et de recyclabilité avec, bien sûr, un coût de fabrication optimisé.

Une vitesse multipliée par 10 !

Avec cette nouvelle cellule robotisée dédiée à la fabrication de pièces thermoplastiques (TP) par dépose et consolidation in situ (en temps réel sans aucune autre étape nécessaire) par une chauffe laser, le Cetim compte démontrer l’intérêt industriel de la technologie après avoir montré la faisabilité technique du procédé d’enroulement thermoplastique pour produire des réservoirs à hydrogène. Son principal atout ? Une nouvelle tête de dépose des « tapes » développée par l’Allemand AFPT qui, grâce notamment à un axe supplémentaire, multiplie par 10 la vitesse de dépose par rapport à SPIDE TP, l’ancienne génération de machine déjà installée et optimisée par le Cetim. La vitesse de dépose sera nettement augmentée dans la zone cylindrique mais également dans les « dômes » des réservoirs : les parties hémisphériques sur chaque extrémité. Elle peut ainsi atteindre 100 m/mn sur les parties cylindriques et 15 m/mn dans les dômes. La machine permet en outre de déposer des bandes de 40 mm de largeur, contre 6 précédemment. La cellule dispose également d’un magasin déporté permettant l’utilisation de bobines trancanées de 8 km de fil, la capacité de production maximale proposée par les fournisseurs de tapes.

Focalisée sur la production de réservoirs pour le monde de la mobilité, cette machine de dernière génération associée à l’expertise du centre sur le triptyque matériaux-produit-process « doit permettre de lever les verrous sur la partie industrialisation et d’atteindre des coûts de fabrication optimisés », annonce Clément Callens, le responsable du pôle Polymères et Composites du Cetim. L’équipement entrera en service dès juillet 2023.

Retrouvons-nous sur les réseaux sociaux
Fermer
Search Delete

En attente de recherche