En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l'installation de cookies sur votre terminal. Ces cookies sont nécessaires au fonctionnement optimal du site. Pour en savoir plus... Fermer et accepter

En France

Retour > Zoom

Best-of veille de janvier 2018 : une quête d'efficacité dans tous les domaines

Les surfaces des pièces obtenues en fabrication additive passées à loupe, une machine de production tout-en-un, le jumeau numérique d'un navire, des véhicules moins énergivores et la supra-lubricité toujours plus performante sont au programme de ce Best-of de notes de veilles publiées par le Cetim.

 

La caractérisation des surfaces des pièces obtenues en fabrication additive devient automatique ! C'est que démontrent des chercheurs anglais et italiens dans le Best of veille du Cetim du mois de janvier 2018. Ensemble, ils ont développé un algorithme utilisé lors des mesures topographiques des surfaces de pièces réalisées par fusion laser sur lit de poudre. Ce calcul permet d'identifier et d’extraire automatiquement du résultat de la topographie les particules de poudre non ou partiellement fondues, ainsi que les salissures de surface issues de la fusion. Ces défauts sont ensuite caractérisés en fonction de leur taille et de leur forme.

 

Toujours dans la fabrication additive, la machine mise au point par les partenaires du projet européen Next Factory intègre la technologie d’impression 3D. Mais pas seulement. Pour fabriquer des systèmes micro-mécatroniques complets cette machine combine également la cuisson des pièces « imprimées », l’assemblage de précision de composants et leur contrôle. Les concepteurs de cette machine visent dans un premier temps le marché des dispositifs médicaux.

 

Du nouveau dans le numérique

Le jumeau numérique trouve désormais des applications dans l’industrie navale. Naval Group, présent dans ce Best of, utilise ainsi cette technologie pour ses navires de défense en axant ses développements sur le cycle de vie complet du bâtiment, de sa conception jusqu’à sa fin de vie. Le Français vise notamment à explorer davantage de solutions en conception, à exploiter le navire en situation dégradée et à mettre en œuvre sa maintenance prédictive en comparant les paramètres réels à bord et à ceux calculés par le jumeau numérique. Naval Group annonce que si le jumeau numérique est actuellement incomplet, c’est avec des données issues d’essais physiques et de mesures qu’il va être enrichi au fil du temps.

 

Des véhicules moins gourmands en énergie

Les sociétés canadienne TM4 et américaine Cummins inventent elles aussi dans les transports, mais sur la terre ferme, cette fois. Elles ont en effet développé un groupe motopropulseur hybride pour les autobus qui réduit leur consommation d’énergie de 50%. Le système est notamment composé d’un groupe électrogène, d’une charge rapide de la batterie Li-ion de 111 kWh et d’un moteur électrique directement connecté au différentiel de l’essieu. L'équipement est capable d'atteindre une autonomie électrique de 35 km avec une charge de la batterie en cinq minutes.

 

Ce Best of veille revient également sur les travaux des chercheurs des Universités de Lyon et de Tsinghua, en Chine, qui rivalisent d’ingéniosité pour réduire le coefficient de frottement entre deux pièces mécaniques. Leurs travaux s’orientent vers des revêtements de carbone de type ta-C (nitrure de tantale carburé) qui, en présence d’additifs organiques, permettent d’obtenir des coefficients de frottement inférieurs à 0,01. Autre piste, un contact rubis/saphir dans de l’acide phosphorique peut atteindre, quant à lui, un coefficient de frottement de 0,004.

 

Retrouvez l’intégralité de ce Best of veille de janvier 2018 sur notre site, rubrique « Mécathèque ». Pour y accéder, il vous suffit de devenir membre gratuitement.

(15/02/2018)

Voir tous les articles

Nos prestations : Ingéniérie, expertise, expérimentation. Innovation : Votre projet innovation cofinancé par le Cetim