Note de veille - Les procédés de micro-lubrification (MQL)

Créé le : 16/02/2016 - Modifié le : 16/02/2016

Les procédés de micro-lubrification, ou MQL (pour Minimum Quantity Lubrication), ont été développés depuis plusieurs années et se sont adaptés à la plupart des techniques d’usinage (du fraisage au tronçonnage en passant par le perçage et le taraudage), de l’emboutissage, du forgeage... Certaines machines spéciales utilisées dans l’industrie utilisent également ce procédé pour optimiser la lubrification de certains éléments machines (convoyeurs, roulements…). Ce procédé, qui vise à se substituer, lorsque les conditions le permettent, à l’arrosage traditionnel par un flux de lubrifiant à basse ou haute-pression, se positionne entre l’usinage sous arrosage et l’usinage à sec ; il est souvent défini comme un procédé « near dry machining ». Cette technologie n’est pas réservée à l’usinage des petites pièces et est largement utilisée pour la fabrication de pièces pour l’aéronautique, l’automobile…