En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l'installation de cookies sur votre terminal. Ces cookies sont nécessaires au fonctionnement optimal du site. Pour en savoir plus... Fermer et accepter

En France

Retour > A la une

Fourche de vélo en carbone : sur la piste des défaillances

Pour comprendre les causes réelles d’un accident grave survenu à un cycliste lors de la rupture de la fourche en carbone de son vélo, la justice a fait appel à Jean Garnero, expert judiciaire. Mandatés par l’expert, les équipes du Cetim ont mis à jour un vice caché (le délaminage des couches de carbone), un défaut de conception et des défauts d’exécution. La responsabilité du constructeur a alors pu être engagée.

 

 

Le cycliste file à vive allure dans la pente. Il inaugure le vélo d’occasion qu’on vient de lui offrir. Un superbe vélo de course avec une fourche en carbone. Le cycliste freine et c’est la catastrophe ! En un instant, les deux branches de la fourche avant se brisent. La chute est inévitable. L’homme est grièvement blessé.

Expert en mécanique près la cour d’appel d’Aix-en-Provence, Jean Garnero a longtemps exercé dans l’industrie avant d’entamer sa carrière d’expert judiciaire.

Mandaté par la justice, l’homme va tout mettre en œuvre pour comprendre les raisons de l’accident. Il se tourne alors vers les experts du Cetim en analyse de défaillance. S’en suivent : une analyse fractographique de la fourche rompue ; un contrôle de la qualité de fabrication de la fourche ; une analyse mécanique avec détermination du taux de fibres et des séquences d’empilement des renforts carbone ; une modélisation de la fourche en 3D ; l’étude des conséquences des délaminages entre les couches et des porosités ainsi que la détermination d’une taille critique de défaut pouvant provoquer une rupture.

De ce long et rigoureux travail d’investigations naît un rapport détaillé qui permet alors à Jean Garnero d’affirmer que la fourche présentait un vice caché, responsable de la rupture. Ce vice, lié à un défaut de conception, a été aggravé par des défauts d’exécution.

Autrement dit, la responsabilité du constructeur est totale. Ce qu’a confirmé la Cour d’Appel qui a statué en ce sens.

Retrouvez l’intégralité de la fiche Références sur le site Cetim.fr, rubrique « Prestations », espace « Références ».

 

Contacts :

sqr@cetim.fr

Une question technique ?

 

 

 

(15/04/2013)

Voir tous les articles

Nos prestations : Ingéniérie, expertise, expérimentation. Innovation : Votre projet innovation cofinancé par le Cetim